La guerre soft

La guerre «douce» américaine contre le Hezbollah s’accentue

La guerre «douce» américaine contre le Hezbollah s’accentue


traduit par French.alahednews

Des sources informées ont signalé que la guerre «douce» américaine menée contre le Hezbollah est ouverte. Le vice ministre du trésor américain Daniel Glaser qui s’est entretenu avec des responsables libanais, il y a dix jours, a déclaré «il est interdit au Hezbollah d’accéder à notre système bancaire, si le Liban veut accéder à notre système, il doit respecter les lois américaines, notamment la dernière loi de finance votée contre le Hezbollah».

ujours selon les sources «dès son arrivée à Beyrouth, Glaser s’est entretenu avec le ministre des finances Ali Hassan Khalil, faisant part de ses positions alors que flexibles en apparence mais bien rudes dans le contenu». Il a loué le gouvernement, qui était prêt selon lui à cette visite, notant la position positive qu’il a ressentie lors de son entretien avec le ministre des finances, puis avec le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salameh, et l'Association des Banques du Liban.

Selon des sources bien informées, la réunion présidée par le premier ministre Tamam Salam dans le grand sérail, à laquelle ont pris part Ali Hassan khalil et Riad Salameh, a abordé une approche réaliste, basée sur la position du pouvoir politique libanais qui a délégué à ce «trio» la rédaction d’une approche unifiée qui puisse être adoptée, loin de la discrétion qui a affecté la première phase de la crise. Il faut noter que ce dossier affecte une grande partie des libanais représentés au gouvernement au parlement, aux institutions publiques, aux municipalités et dans les milliers d'institutions privées au Liban et à l'étranger.
La réunion du trio est survenue au lendemain d’une réunion organisée par Salameh dans son bureau à la banque centrale, avec une délégation du Hezbollah, comprenant le ministre de l'agriculture Hussein Hajj Hassan et le député Ali Fayyad, et l’ex-ministre Amin Cherri. Lors de cette rencontre la première circulaire publiée par le Hezbollah après la décision de surveillance des comptes par la banque centrale a été abolie.

Dès le premier jour de la visite de Glaser, il était clair que la guerre américaine contre le Hezbollah continue et s’accentue, mais cette fois sous forme économique et financière. Les semaines prochaines dévoileront l’attitude des banques privées à l’égard de la circulaire livrée par la commission spéciale de la banque centrale la semaine dernière, grâce à laquelle la page du désaccord entre le Hezbollah et la Banque centrale a été tournée.

De son coté le ministre Khalil a souligné devant la délégation américaine l'importance de préserver le secteur bancaire libanais étant l'un des piliers de la stabilité économique. Le ministre des Finances a appelé à la nécessité d'être attentif à toute forme d'application discrétionnaire de la loi, vu qu’elle touche une grande partie des Libanais.

Added on: 10/06/2016